Territoires-Partagés

 

créé en France en 2009  par la chorégraphe colombienne Jazmin Londoño. Le nom: deux territoires, deux cultures, deux pays, deux vies… un questionnement. Cette réalité dessine le désir de partager et échanger les expériences artistiques et humaines au sein de rencontres où la danse et les arts en général deviennent un territoire ouvert. 
 
La compagnie en 2012 ouvre L’association laquelle s’inscrit dans une démarche Artistique, Polyvalente et Culturel à fin de faciliter la Création et la diffusion des projets artistiques. Pour cela elle met en avant la coopération et le partenariat, avec des artistes venant de différentes disciplines afin  d’accompagner et soutenir leur développement vers la concrétisation et la professionnalisation de chaque projet et/ou de chaque artiste.  
La France et la Colombie, L’Amérique et L’Europe, un pont qui tisse des liens humains, culturelles et sociales pour enrichir et élargir l’échange culturel, permettent que l’art aussi que toutes ces formes de manifestations deviennent une arme massive de communication et de Paix. 
 

La compagnie 


Le nom: deux territoires, deux cultures, deux pays, deux vies… un questionnement. Cette réalité dessine le désir de partager et échanger les expériences artistiques et humaines au sein de rencontres où la danse et les arts en général deviennent un territoire ouvert. 
Entre les allés et retours entre l’ancien et le nouveau continent, l’expérience du corps est lié aux espaces physiques, la  mémoire ancestral et/ou du savoir.  
Dans le cœur de Territoires-Partagés, trois axes artistiques fondamentaux : La Création, l'Interprétation et la Pédagogie. La recherche artistique s’inscrit dans le questionnement de la confluence des arts et leurs points de rencontre. La recherche chorégraphique corporel est basé sous forme de « laboratoire des systèmes corporels », travail initié en Colombie depuis 2007 nommé ainsi par la chorégraphe se travail à compte avec la complicité des artistes venants des différents disciplines.  


L’univers de la compagnie s’inscrit sur un travail de la traversée… de soi, d’un continent, des espaces-territoires et des diverses manifestations de l’art, qui selon le regard de la chorégraphe, permettent à l’être humain d’améliorer la capacité du relationnel et du partage. Une fois que la relation avec soi-même est proche et complice, la fluidité, le geste, comme la respiration,  sont présents, éternels et cycliques.

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now